"Sagesse sans compassion est aussi utile que Ferrari sans moteur".

La vie spirituelle

 

Chers amis,

 

    En ouvrant cette page, je me rends compte de la difficulté ou de l'impossibilité de parler de ce que pourrait être une proposition généraliste, nécessaire, de vie spirituelle pour les hommes de Culture Hommes .

 

   Je ne peux que m'appuyer sur mon propre parcours, et sur un lent travail de "porification" (?) de l'égo (pour la purification, je crains trop de "propreté" chez les hommes).

   Je pressens que toute relation est de la nature du Réel, et une grande part de notre plénitude réside dans le service compassionnel mur et intelligent (différent d'une compassion sans discernement) envers ceux qui souffrent.

 

    Voilà pourquoi, je crois, peut-être de façon erronée, que Culture Hommes est spirituel, sans artifice.

 

   Donc, nourrissez-vous là où votre bon coeur et votre bon discernement vous porte, et je vous encourage vraiment à trouver une voie spirituelle authentique, une transcendance qui vous nourrisse, en oubliant peu à peu le fait de demander et prendre à la voie, c'est-à-dire vous servir vous-mêmes subtilement surtout, pour finir en servant toujours.

La vie spirituelle pourrait alors passer de la tension de la quête, de la demande, plan vertical et hiérarchique, au principe apaisant de la chaîne, solidaire, et dont le maillon le plus modeste nous représenterait.

 

 Guy Ferré