"L'épreuve du renoncement: souffrance de la perte, possibilité d'une porte..."

Rite, renoncement et deuil :

 

    L'univers change en permanence, le changement étant la seule constante stable pourrait-on dire!

   Tout bouge, tout évolue, la vie et la mort se nourrissent l'un de l'autre, et nous aussi parties à la fois infimes et importantes de ce tout, nous évoluons.

 

   Une des grandes difficultés de vivre est d'accepter la fluidité, quelquefois douloureuse de la vie. Bien souvent, nous nous accrochons à un status-quo, une sécurité. Nous avons alors les plus grands tourments à changer ou laisser un changement survenir, car nous avons peu développé l'habitude de renoncer. Le renoncement nous apparait ainsi contre nature en quelque sorte, et non plus comme une porte ouverte sur la vie. Par exemple, pour de simple maladies, l'angoisse nous gagne, le bon sens est perdu, et nous consultons pour ce qui s'avère souvent fort bénin. Nous nous accrochons très rigidement, faute d'expériences conscientes et d'intégration du renoncement...en savoir plus...