"La sexualité nous inscrit dans une lignée : vie, mort, ancêtres, relations fluides ou pas."

Couple, amour et sexualité

 

..Suite

     Ces représentations qui nous occupent sont souvent la source de profondes souffrances pour les couples, et pour nous les hommes. Ces souffrances sont souvent dissimulées, cachées, confinées à l'oubli ou au secret des relations conjugales. Elles s'expriment aussi sous forme d'une sexualité dégradée (internet, jeux) ou tarifée, car non ou très peu relationnelles. Elles peuvent aussi se travestir en colère ou inhibition, violences diverses à l'encontre des enfants et des femmes, souvent les plus faibles boucs-émissaires. 

 

   Au pire, une sexualité non examinée, sera le terreau de comportements sexistes (même sous forme "humoristique"), de brutalités dans les représentations et relations, de violences physiques ou sexuelles envers les femmes.

 

     Au mieux, une sexualité qui ose remettre en question ses présupposés, qui se réinvente à la mesure de chacun, c'est-à-dire qui repense la majeure partie de ce que véhicule une éducation et culture données (et même le diktat actuel de l'orgasme et du plaisir, nouveau minimum syndical de la sexualité), peut être une source de joie et de découverte sans fin.

 

     Et également de possibilité d'énergie transformatrice pour notre conscience.

    Là encore, aurons-nous l'humilité d'apprendre à apprendre?

 

   Si la sexualité est satisfaisante, nourrissante, un couple pourra compter sur cet aspect relationnel parmi les autres.

    Le couple est un terrain primordial pour nous comprendre, pour bâtir un premier projet collectif à deux.

  Mais c'est très souvent un terrain de demandes égoïstes, de projections, de frictions, de jugements, d'incompréhensions, de compétitions: c'est la mesure de qui nous sommes au plan de la personnalité! Sans fard, sans masque, lorsque la porte de notre maison est fermée.

 

   Allons-nous là aussi, souiller ou "révéler" le couple?

   L'amour nous aide à "révéler" le couple. Mais qu'est-ce que l'amour? Sommes-nous juste amoureux un instant? Et après, de quoi s'agit-il? Ressentons-nous l'amour, où rien? En fait c'est souvent un très bon début de constater que l'on ne sait pas ou peu aimer...Et de quelles représentations et quelles images, la société nous gavent-elles, sans que nous ne les examinions? L'amour va-t-il se modifier avec l'âge? Que nous apprend-il sur l'égoïsme et la faiblesse de notre personnalité? Y a-t-il un travail particulier à effectuer avec notre personnalité, afin que vive l'amour?

 

   Rien de plus créatif et nourrissant que l'amour, la compassion, la possibilité de dénouer les liens du coeur, et de servir...

 

Guy Ferré