"Plus notre richesse est grande, plus notre responsabilité de partage augmente."

Relation au travail et à l'argent

 

...Suite

   Pouvons-nous aimer ce travail suffisamment pour qu'il nous révèle à nous-même, qu'il soit un levier vers notre plénitude? Ou alors allons-nous l'amoindrir jour après jour par notre ressentiment, notre bougonnement, et une vision étroite de ce que nous propose la vie? Et le diminuer survient d'une manière insconsciente, automatique: soit par une possible frénésie de reconnaissance égotique, concurentielle, de domination, ou par l'entretien (de notre part) de relations difficiles au sein de l'entreprise ou vis-à-vis d 'elle, ou par le fait de ne pas dire les choses sans colère, ou par un enfermement dans un rôle quelqu'il soit: victime, enfant adapté ou rebelle ou soumis, l'adolescent au langage "ado et dédaigneux", sauveur, persécuteur..., et par les commérages si fréquents qui sont une plaie difficile à guérir dans un groupe, qui naissent d'un manque de dignité de notre part.

 

    Ou allons-nous nous autoriser à "découvrir" notre travail?

   En y apportant de l'humanité, une responsabilité, une honnêteté envers nous-mêmes, un sens de justice, une fiabilité, une dignité, une compréhension des hommes, une diminution de notre besoin égotique de reconnaissance, un apprentissage de nos limites. Tout ceci ne peut germer et être disponible que si nous engageons cette découverte de nous-mêmes, cette escapade, cette aventure à travers les motivations qui nous manipulent.

Sinon quoi? Et bien, il ne nous resterait plus qu'à attendre dans un "tranquille désespoir amer" notre retraite, pour enfin vivre vraiment....?Uh...Uh...

 

    Et le bénéfice de ce travail, sonnant et trébuchant, va lui aussi nous enseigner immensément.

  Comment agissons-nous avec notre argent? Pouvons-nous voir notre relation à l'argent? Sommes-nous inconséquent, incapable de gérer notre budget? Avare avec les autres et libéral avec nous? Dépensier, calculateur, obsessionnel?

 

   Mais surtout la question qui semble importante est la direction vers laquelle nous dirigeons notre argent? Allons-nous vers des distractions sans fin, des compensations, des gratifications permanentes qui calment notre angoisse existentielle, ou dirigeons-nous nos ressources, notre énergie monétaire, vers le grandir de notre conscience, vers le grandir du monde et de la terre? C'est un choix important, difficile. Et plus nos ressources, notre richesse est grande, plus notre responsabilité de partage envers les êtres humains est décisive...

 

Guy Ferré